[critique] il sera une fois, de southeast jones

Bonjour à tous !

Quand j’ai vu passer le message de Southeast Jones, qui proposait sur Twitter des services presse pour son recueil Il sera une fois, je n’ai pas pu résister à la tentation de me manifester. En tant qu’amatrice de science-fiction, je suis tombée sous le charme de la couverture et du résumé prometteur. Après lecture, je peux le dire : ce livre a été un sacré coup de coeur, notamment en raison de l’écriture captivante et de la profondeur des sujets traités par ses quinze nouvelles, tour à tour surprenantes et dérangeantes (et aussi parce qu’il m’a remis en tête cette chanson).
il_sera_une_fois_southeast_jonesIl sera une fois » vous invite à rêver demain : de l’humain au surhumain, de notre insignifiante petite planète aux confins de l’univers et au-delà, Southeast Jones vous convie à découvrir ses visions d’avenir au travers de quinze contes étranges, drôles ou inquiétants. Ces histoires hors du commun vous fourniront nombre de réflexions sur les futurs possibles imaginés par l’auteur : quelle serait votre réaction si vous appreniez qu’il y a bien une vie après la mort ? Qui est ce Père Noël un peu bizarre que l’on voit le 24 décembre sur Carabistouille IV ? Quelles pourraient être les conséquences de la victoire des mutants contre le genre humain ? Quelles traces garde-t-on quand on a été avalé par un ogre ? Que faire si, pour sauver la Terre, il fallait détruire l’Humanité ? S’inspirant du « Golden Age of science-fiction », l’auteur vous ouvre grand les portes de ses univers.]

Autant commencer par ce qui m’a bluffée par-dessus tout, à savoir la facilité avec laquelle l’auteur nous fait voyager à travers ses mondes. Les textes sont courts, les univers très différents, et pourtant en quelques lignes, en quelques mots, on est dedans à 100%. Avec précision et efficacité, Southeast Jones nous fait voyager dans l’espace, dans le temps, nous ouvre des portes vers des réalités futures variées et plus intrigantes les unes que les autres : les histoires se suivent et ne se ressemblent pas, et pourtant on est embarqué dans chacune d’elles avec une grande virtuosité. Mêlant science, politique et religion, Il sera une fois renverse les perspectives et offre un vaste panorama de possibilités plus ou moins crédibles, plus ou moins lointaines. Loin d’être ethnocentré, le recueil nous met souvent dans la peau d’êtres non-humains, comme dans la frappante Barbares !, la troublante Grand-Veille ou une Divergence d’opinion teintée d’humour noir.

Les personnages que l’on croise dans ce livre sont tous très différents, plus ou moins attachants et développés mais toujours intéressants. J’ai ainsi particulièrement accroché au pape Paul VII de Question de foi, qui voit avec une grande tolérance sa vie et ses croyances être remises en question, ou au narrateur de l’incroyable Contrat qui m’a étonnée et époustouflée par sa profondeur et sa mise en phrases ciselée. Les personnages sont racontés mais aussi se racontent, transmettant leurs histoires comme autant de témoignages désabusés : c’est encore plus flagrant dans Notre-Dame des opossums, Rétrocession ou Jonas, où le coeur du texte est en fait un récit enchâssé. C’est un regard sans concession et plutôt sombre que porte l’auteur sur ces futurs éventuels : il nous fait réfléchir, nous interroge sur nos habitudes et sur ce qu’elles peuvent entraîner, nous questionne sur les dérives morales et technologiques de sociétés issues de la nôtre (Trip par exemple, donne à voir un personnage dont la vie s’est dématérialisée, complètement accro au réseau de l’hypernet). Si certaines de ces nouvelles m’ont un peu moins plu (notamment Noël lointain, spécialement remarquable pour son final), d’autres m’ont particulièrement marquée : je citerai ainsi la bouleversante et très noire Le temps du repos, qui commence à l’aube de la fin des temps et dont le personnage s’est imprimé dans mon esprit à l’encre indélébile.

Point bonus : le recueil est illustré, et à chaque début de nouvelle se trouve une oeuvre singulière, frappante et représentative (celle de Noël lointain est fort sympathique, et celle de Contrat franchement flippante). La plume de Southeast Jones, toute en simplicité, est très agréable à lire ; chaque mot est nécessaire, les textes cohérents et à la fois tous uniques. Ce recueil a été pour moi une excellente lecture, dont j’ai apprécié chaque nouvelle pour sa pertinence, son originalité et la réflexion qu’elle a pu provoquer en moi : je recommande énormément, que ce soit pour découvrir la science-fiction ou pour s’offrir un moment de lecture enrichissant et nuancé. Génial.

> JONES, Southeast – Il sera une fois, Séma Editions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.