[critique] je vous parle d’un temps

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je reviens pour vous parler d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître (elle était facile, et comme j’écoute La bohême en boucle depuis que j’ai lu ce livre il fallait que je la fasse) d’un recueil de nouvelles, et pas n’importe lequel ! Un recueil qui m’a fait de l’oeil aussitôt que j’ai appris son existence, porté par des auteurs indés de qualité (réunis au sein du collectif La Pieuvre) et dédié à une bonne cause (les revenus des ventes iront à la Fondation Elle pour l’éducation des femmes dans le monde, si ça c’est pas merveilleux je ne sais pas ce qui l’est). Autant vous dire que j’étais jouasse quand on m’a proposé de le lire.

frisson d'impatience

[léger frisson d’impatience dans les gradins]

Ce recueil s’intitule Je vous parle d’un temps, et la liste des 12 contributeurs qui viennent y parler de nostalgie (le thème choisi) a de quoi faire plaiz. On y retrouve des auteurs que vous avez déjà pu croiser sur ce blog, comme Solenne HernandezNina Frey, Victor Boissel ou Frédéric Meurin, et d’autres dont je ne connaissais pas la plume mais déjà le nom (grâce à Twitter, eh oui, faut suivre l’actu des auteurs indés les amis), comme Elsa Chapelier, Albine Tangre, Nolwenn Renard, James Osmont ou Franck Driancourt. Seuls trois auteurs m’étaient totalement inconnus (R. Eve, Laura D. et Jérôme Dumont) et j’avais d’autant plus hâte de découvrir leurs textes.

Je dois l’avouer, je n’ai pas été autant emportée que je l’aurais cru dans ce recueil (peut-être par manque d’implication de ma part, car je l’ai lu comme j’ai pu, par petits bouts, et aussi parce que forcément parmi les 12 nouvelles toutes ne m’ont pas séduite), et cependant je ne peux que reconnaître y avoir découvert de très belles plumes. Des plumes délicates, au phrasé soigné (parfois même un peu trop à mon goût, j’aurais apprécié plus de simplicité par moments) et qui portaient leurs histoires avec brio… mais le mieux, c’est qu’elles s’accordaient sacrément bien ! J’ai rarement lu un recueil avec autant d’auteurs dont le rendu était aussi harmonieux : le tout laisse un sentiment éthéré, une impression d’élégance ciselée… C’est plein de jolis mots, de sentiments doux et souvent tristes, de moments suspendus et de couleurs passées. En fait, le premier terme qui me vient à l’esprit quand j’y repense, c’est bien nostalgie (ce qui tombe plutôt pas mal, vous l’admettrez).

En plus, l’avantage avec douze auteurs, c’est qu’il y a autant de chances de tomber sous le charme d’une plume, d’un univers, d’une ambiance, et de se faire de beaux souvenirs de lecture. De ce recueil, je retiendrai notamment la tendresse des mots et de l’histoire de Laura D., Dernière danse, la subite envie de relecture qui m’a saisie à la fin de Un océan entre nous, de Jérôme Dumont, l’apparition subtile d’un nouveau regard sur le monde après avoir parcouru Rose & Garance de Solenne Hernandez, et les rimes rythmées du texte de Nolwenn Renard, Souviens-toi, hier. Cependant, ne nous limitons pas à ces quatre textes : chaque nouvelle a son propre ton, son petit quelque chose unique, qui est plus sublimé qu’effacé par la cohérence de l’ensemble (du fantastique au réaliste, de la prose aux vers, il y a de tout et c’est tant mieux !). En bref, un recueil tout en finesse qui vous parlera certainement à un moment ou à un autre et rassemble de très bons auteurs indépendants : à découvrir !

> La Pieuvre (BOISSEL, Victor / CHAPELIER, Elsa / D, Laura / DRIANCOURT, Franck / DUMONT, Jérôme / FREY, Nina / HERNANDEZ, Solenne / MEURIN, Frédéric / OSMONT, James / R. Eve / RENARD, Nolwenn / TANGRE, Albine) – Je vous parle d’un temps – auto-édité et disponible ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.