[bilan] mars 2018

Salut le monde !

Deuxième mois de suite dans les temps, je crois qu’on tient le bon bout ! J’espère que vous avez passé un très joli mois de mars (perso je ne l’ai pas vu passer au secours rendez-moi mon temps), et je vous propose de revenir avec moi sur mes découvertes (littéraires ou pas). Comme d’habitude, on s’inspire de Lupiot et de son C’est le 1er, je balance tout, et c’est parti !

¤ mes lectures du mois : tops et flops ¤

Concernant les tops et les flops de ce mois-ci :

     

+ Les Enfants de la Baleine, tome 1* d’Abi Umeda : un manga à l’univers riche et à l’intrigue hyper prometteuse, dont le premier tome m’a laissée impatiente de découvrir la suite.
+ Le Bal des Dragons de Jessica Day George : un très chouette roman que j’ai eu beaucoup de mal à lâcher avant la fin, avec en bonus des dragons et une héroïne audacieuse qui ne se laisse pas marcher dessus et botte des fessiers avec grand talent.
+ Dans la combi de Thomas Pesquet* de Marion Montaigne : une bande dessinée incroyablement documentée sur ce que c’est vraiment d’être un astronaute aujourd’hui, racontée avec beaucoup de simplicité et d’humour.

     

Entre ici et ailleurs* de Vanyda : une déception que cette bande dessinée centrée autour de l’héritage familial et de la recherche des racines. Peut-être parce que je ne suis pas full concernée par le sujet, j’ai eu du mal à me sentir impliquée dans l’histoire et je suis passée à côté. Dommage.
Communardes ! Les Éléphants rouges* de Wilfrid Lupano et Lucy Mazel : j’espérais beaucoup de cette bande dessinée historique, appartenant  à une série d’albums one-shot sur les femmes pendant la Commune. Malheureusement, si le dessin m’a enchantée j’ai eu du mal à cerner les enjeux du récit et la fin m’a laissée un peu dépitée.
Le faire ou mourir* de Claire-Lise Marguier : dans le genre « fin qui fâche », ce roman se pose là pour moi. Alors que j’ai dévoré les trois quarts de l’histoire (à mes risques et périls, c’est un livre qui  m’a fait mal physiquement tant il est dur parfois), la fin m’a totalement déboussolée et m’a fait sortir du livre à ça du coup de coeur. Oups.

¤ les lectures des collègues blogueurs : mes chroniques coups de coeur ¤

Ce mois-ci, vous avez pu voir passer sur toute la blogo des articles ou des vidéos dans le cadre du Femini-books (que je ne présente presque plus maintenant, vous-même vous savez que c’est cette super chaîne de contenus en rapport avec le féminisme et la littérature lancée par Opalyne il y a maintenant un an). Comme chaque fois, je vous propose ma petite sélection :

  De l'insulte... aux femmes par Rosier  Les illusions de Sav-Loar par Fargetton

¤ la super sélection BD de Pilalire, pour découvrir des personnages féminins mythiques et des ouvrages dont vous avez sûrement trop peu entendu parler.
¤ l’excellent article de Fictionista sur De l’insulte… aux femmes de Laurence Rosier, qui se penche sur le sens et les représentations de genre derrière les insultes sexistes.
¤ la passionnante analyse de Brainshadows, qui devrait vous faire voir un peu autrement la figure mythologique qu’est Méduse.
¤ l’intéressante réflexion d’Iman Books sur la place du genre dans la romance littéraire.
¤ le format court et bien écrit d’Aude Réco sur Daphné du Maurier (elle lance avec cette vidéo une série titrée Elles ont fait la littérature, à suivre !).
¤ la chouette parenthèse d’Axelle, qui nous présente trois jeunes autrices de fantasy françaises.
¤ et pour conclure, les conseils de lecture de Cordelia pour découvrir des livres avec des lesbiennes dedans, parce que la représentation c’est important crévindiou (ah et tant que vous êtes sur sa chaîne, stay tuned parce que normalement devrait arriver bientôt le replay de la table-ronde qu’elle a animée autour des représentations LGBTQ+ en litté jeunesse et, spoiler alert : c’était super intéressant).
Ceci n’est qu’une petite sélection, je vous invite donc sans faute à aller consulter tous les contenus de ce mois-ci et des sessions précédentes (dont vous trouverez la liste sur les réseaux sociaux du Femini-books, la vie est bien faite).

Tant que j’y suis, je vous conseillerais bien aussi d’aller jeter un oeil à :

    

¤ la courte critique de L’oiseau lit, qui a réussi en seulement quelques lignes à me donner très envie de découvrir l’album Je ne sais dessiner que des vers de terre de Will Mabbitt (rien qu’en lisant ce titre saugrenu la hype est présente, non ?).
¤ l’article façon chronique épistolaire de Maned Wolf et Ingannmic sur Underground Railroad de Colson Whitehead, qui m’a permis de voir d’une autre façon ce livre qui avait été une de mes déceptions de la rentrée littéraire.

¤ et sinon, qu’est-ce que j’ai vu ailleurs sur les internets ? ¤

Sur le blog La Voix du Livre, il s’est passé quelque chose d’assez extraordinaire en mars : la série 31 chambres à soi. 31 chambres à soi, c’est 31 articles, 31 cartes blanches laissées à des autrices pour présenter d’autres autrices qui les ont marquées. Et c’est inspirant. Comme. Jamais. Ça commence , avec Marie Desplechin qui parle de Françoise d’Eaubonne ; et ça se termine ici avec Anne-Fleur Multon qui parle d’Alix Cléo Roubaud. Bref, c’est totalement génial, allez voir ! (merci tellement Tom pour cette idée et l’organisation qui a dû être insensée, ce projet est impressionnant et important j’en suis encore toute bluffée)

Mais je vous recommande aussi, en vrac :
¤ la toute nouvelle newsletter lancée par Face de citrouille : Face de féministe ! Au programme, littérature de jeunesse et féminisme inclusif, perso j’ai signé direct tellement ça vendait du rêve.
¤ une petite vidéo de Marine Spaak qui explique très clairement le fonctionnement de la mécanique sexiste à l’oeuvre dans notre société.
¤ le remarquable travail de Karolina Zebrowska dans sa vidéo Real Women – Beauty Through The Decades The Realistic Way, qui reprend le concept des 100 Years of Beauty en prenant compte de la réalité socio-économique pour les femmes de l’époque (d’ailleurs elle a aussi repris cette idée dans une vidéo spéciale Pologne tout aussi bien).
¤ et enfin le blog de Romain, 1 pays 1 livre : le nom parle de lui-même, et son tour du monde littéraire avance BEAUCOUP plus vite que le mien (du coup si vous voulez d’autres titres et plein de chouettes chroniques go go go) !

¤ congratulations moi-même : ce que j’ai fait de cool en mars ¤

En mars s’est concrétisé un partenariat qui était en préparation depuis quelques temps, et j’ai le plaisir de vous annoncer que je suis désormais partenaire de la librairie en ligne Bookwitty. Pourquoi Bookwitty ? Parce que la singularité de cette librairie/réseau social est qu’elle cherche à sortir des sentiers battus en littérature, et cela passe par des listes de lecture thématiques passionnantes, de fréquents focus sur la littérature étrangère mais aussi un catalogue extrêmement fourni, ce qui me plaît bien vu la galère pour trouver certains livres de mon projet un livre | un pays. Conséquence de ce partenariat, vous trouverez à partir de ce mois-ci des liens affiliés sur le blog, marqués par un astérisque ; je ne compte pas devenir riche, don’t worry je ne fais pas ça pour la blogomoney, mais cela m’aidera peut-être à terme à financer en partie l’hébergement du blog (ce n’est pas donné cette fourberie-là) et cela vous permettra aussi de découvrir Bookwitty et ses contenus ! Voilà voilà, je suis plutôt contente, et j’espère sincèrement que cela ne vous gênera pas de voir ces liens (au pire ignorez-les, ils sont discrets promis lalala).

Et sur ce je vous laisse sur un court poème d’Edith Södergan, Une rencontre (attention c’est absurde et j’ai bien ri quand je l’ai découvert, il jure vraiment beaucoup dans le recueil) :

Trois vierges allaient main dans la main sur une vaste plaine.
Vint à leur rencontre un cavalier tout caparaçonné.
La première vierge tendit les bras : amour, viens !
La deuxième vierge tomba à genoux : mort, épargne-moi !
La troisième vierge se retourna :
Pour aller en ville, il faut prendre à droite.

J’imagine que la morale serait : plus de pragmatisme, moins de drama ? En tout cas ça prouve que la poésie saura toujours nous surprendre, et ça c’est beau. Allez, micdrop et des bisous, joli mois d’avril à vous ! ☼

* les liens marqués d’un astérisque, comme expliqué plus haut, sont des liens affiliés qui vous dirigeront vers la librairie Bookwitty. Merci de votre soutien si vous les utilisez, merci de votre passage si vous ne les utilisez pas, et des bisous à tou·te·s.

6 Comments

  1. Excellent, le poème d’Edith Södergan :D
    Sinon, merci beaucoup pour la mention de ma newsletter ! J’espère que le contenu sera à la hauteur de tes attentes :) Merci également pour tous les chouettes liens partagés dans cet article, c’est vraiment super inspirant. Je te souhaite de très bonnes lectures en avril !

    • N’est-ce pas, ce poème est magique haha
      Et c’est avec plaisir, je suis sûre que la newsletter sera parfaite et j’ai hâte de la découvrir ! Très belles lectures à toi en avril :)

  2. J’aime beaucoup ce poème absurde :D
    Du coup je suis allée jeter un oeil à ton avis sur Underground Railroad, et je vois bien ce que tu veux dire :) C’est vrai que ce ton détaché m’a pas mal gênée aussi au début, et puis finalement je m’y suis faite… Mais je m’attendais à un bouquin déchirant, qui prend aux tripes, au final c’est pas vraiment comme ça que je l’ai vécu ! Il trouve plutôt son intérêt dans les propos et le traitement original je trouve :)
    Passe un très beau mois d’avril !

    • Il a un certain succès ce poème haha
      J’ai beaucoup aimé ton avis parce qu’effectivement, il m’a permis de me détacher un peu de mon ressenti pour envisager le bouquin autrement, et c’était cool ;) Et c’est vrai que c’était plus une déception parce que j’en attendais beaucoup qu’un désamour général du livre en lui-même ! J’espérais quelque chose de plus romanesque je suppose x) Joli mois d’avril à toi aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *