[bilan] juin-juillet 2018

Salut le monde !

Eh, ça vous dit on décide que le bilan devient bimensuel ? Ouais ? Cool, ça m’arrange dites donc ! Parce qu’en fait comment dire que j’ai encore sauté un mois, mais c’est pour la bonne cause : j’ai beaucoup travaillé et peu lu, donc en un mois je n’aurais pas eu assez de choses à vous raconter. Sisi. Du coup, combo ce mois-ci avec juin et juillet, et des petits liens de qualité comme on aime (beaucoup moins que d’habitude, vous comprendrez à la fin). Comme d’habitude, on s’inspire de Lupiot et de son C’est le 1er, je balance tout, let’s go !

¤ mes lectures du mois : tops et flops ¤

En deux mois, j’ai lu 11 livres : c’est dire si j’ai eu peu de temps pour lire ! En plus de ça, dans ce petit lot il y a eu mal de déceptions et une seule jolie découverte, pas glorieux tout ça.

    

Red Rising de Pierce Brown : une bien chouette trilogie dystopique pleine de rebondissements, de personnages aux personnalités complexes et affirmées, de questions sociétales et politiques fortes… En commençant, j’avoue, j’ai flippé : le tome 1, du début aux trois quarts à peu près, m’a donné l’impression de relire un Hunger Games, et je m’apprêtais à m’arrêter là, un chouïa déçue quand même… et puis finalement, j’ai tout enchaîné. Je n’irais pas jusqu’à attribuer à Red Rising la palme de l’originalité (plein de choses m’ont notamment rappelé très fort Ender’s Game), mais ça reste prenant, ça se tient, ça m’a fait réfléchir et m’a surprise (eh oui, au final) – bref, je recommande définitivement si vous aimez le genre ! (en plus y a des batailles dans l’espace, que demande le peuple ?)

    

Dorothy Must Die, tome 2 de Danielle Paige : une déception, non parce que l’histoire en elle-même est à jeter (même si je me suis un peu ennuyée par moments, j’ai quand même lu le tome 2 après le tome 1, c’est que c’était plutôt prometteur) mais simplement parce que j’ai totalement SATURÉ de l’intrigue amoureuse qui squatte en filigrane. J’avais déjà passé le premier tome à lever les yeux au ciel, et là même si c’était – hum – moins pire, eh bien… Non. Et en plus j’aime pas l’héroïne. (bon je suis tristesse quand même, parce qu’Opalyne avait conseillé cette série avec amour donc j’attendais de la découvrir avec impatience, et en plus j’aime bien aimer les livres qu’on me conseille)
Robot sauvage de Peter Brown : autre type de déception ici, avec ce petit roman pourtant sympathique qui raconte l’histoire d’un robot échoué sur une île inhabitée (comprendre sans le moindre humain), qui se lie d’amitié avec les animaux du coin. Contrairement à la façon dont je raconte ça, ce n’est pas trop niais, le sujet est intéressant et la progression presque réaliste… sauf que j’ai trouvé ça terriblement long pour ce que c’est ! Pendant tout le livre, j’ai profité de l’atmosphère pépouze, dans la nature, bien reposante… mais bon, en soi, il ne se passe vraiment pas grand chose tout de même ; or soudain, dernières pages du livre, paf, grand chambardement plein d’action, cliffhanger pour finir, et voilà. Euh. Je voulais lire l’histoire qui commence à la fin moi, avec ce suspense et toute cette évolution :(
Trois filles en colère d’Isabelle Pandazopoulos : pur dépit pour ce roman d’une de mes autrices coup de coeur de l’année dernière. J’attendais avec impatience de le découvrir, parce qu’il y avait au programme destins féminins, féminisme, militantisme… ça envoyait du rêve quoi ! Et au final je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, j’ai trouvé ça un peu trop sérieux et plat et j’ai galéré à le terminer. Bwarf.

PS : toutes ces déceptions c’était en juin, mois pourri bonjour.

¤ les lectures des collègues blogueurs et le reste de l’Internet ¤

  Les Internettes 

¤ la vidéo coup de gueule Transphobie, validisme, ennui : je ne conseille pas ces livres, parce que c’est à la fois utile et curieusement satisfaisant de voir Mx Cordelia s’agacer sur des livres problématiques.
¤ le concours des #Poucesdor organisé par les Internettes, de retour pour une deuxième édition ! Le principe ? Récompenser les créatrices de contenu vidéo de moins de 10 000 abonnés avec du matériel et des conseils, pour encourager la création féminine sur Internet. Si ça vous enjaille comme descriptif, rendez-vous ici pour découvrir la playlist des candidatures avant les résultats en septembre !
¤ et enfin ce thread de Jessica Walton avec de chouettes conseils pour parler de handicap aux enfants.

¤ congratulations moi-même : ce que j’ai fait de cool depuis fin mai ¤

Bon. Vous l’aurez compris, shame on me, je n’étais pas trop présente ces temps derniers, j’ai mis de côté plein d’articles à lire et j’ai légèrement décroché de la blogo. Le pire, c’est que ça risque de continuer encore un peu… mais j’ai une EXCELLENTE raison : j’ai fini mon stage en maison d’édition et décroché *roulement de tambours* un CDI dans la foulée ! Je suis maintenant assistante d’édition pour les éditions Gründ et Poulpe Fictions, ce qui me rend exceptionnellement heureuse, et du coup… je bosse huhu. Cependant, je vous promets d’essayer de rester dans les parages quand même ! (si vous voulez des nouvelles régulièrement, je suis toujours – trop – active sur Twitter alors c’est là-bas qu’il faut me suivre si vous ne le faites pas déjà)

Et sur ce je vous quitte avec la phrase qui m’a le plus marquée dans tout mon visionnage de la série Girl Boss : « Love you in case I die ». Parce que voilà, on sait jamais et vaut mieux le dire, non ? Allez, des bisous et bonne fin d’été ☼

2 Comments

  1. Je ne me souviens plus si tu as parlé sur Twitter de ce tome de Molly Moon, il est bien ?

    Bien déçue de lire ton avis sur Dorothy must die, ça me donnait très envie.
    Et ça me fait prendre conscience que la plupart du temps, quand j’ai été déçue d’un roman très apprécié sur internet, c’était souvent à cause d’une intrigue amoureuse saoulant.

    Bon, et surtout : FÉLICITATIONS POUR TON JOB !

    • Je ne crois pas en avoir parlé non, et le verdict c’est que c’était extrêmement chelou en fait ; l’intrigue dans les trois premiers était déjà pas mal barrée, mais dans celui-ci ça part en vrille, je pense qu’on a dépassé une frontière dans la surenchère et même si c’était chouette de retrouver Molly j’étais un peu larguée j’avoue. C’était fun et c’est une expérience à tenter si tu es curieuse, mais pour ma part je pense que je vais m’arrêter là maintenant, j’ai peur de ce qui peut se passer dans un cinquième tome haha
      Et pour Dorothy je suis assez dépitée moi-même, en soi le premier tome est franchement chouette à part cette espèce d’intrigue quichasse qu’on voit venir à dix mille kilomètres (au point que même l’héroïne est blasée d’elle-même, elle est en mode « bah bravo meuf, tomber sous le charme du beau gars ténébreux c’est bien le moment x) »). C’est assez inventif, j’ai beaucoup aimé le déroulement en huis-clos sur la moitié du livre, bref assez cool, mais dans le deuxième tome il ne se passait vraiment pas assez de choses pour que je me laisse emporter et que j’oublie l’intrigue amoureuse.
      Et surtout : MERCII ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.