[bilan] juillet 2016

Salut le monde !

Ça y est, juillet est terminé et août va se lancer sur les chapeaux de roue (recherche d’appartement et boulot obligent) ! Je dois dire que ce fut un mois assez calme sur le blog, car j’ai un peu ralenti le rythme de publication et de lecture pour le challenge… mais il ne s’est pas pour autant rien passé, alors en avant pour le récap !

Je vous l’avais annoncé le mois dernier, je galérais pour achever la chronique sur Il fut un blanc navire, de Tchinguiz Aïtmatov… mais ça y est, c’est fait ! Okay, c’est la seule critique un livre | un pays du mois de juillet, mais pas d’inquiétude ! j’ai également commencé une lecture que je devrais terminer dans un avenir assez proche, originaire de Samoa (Les Feuilles du Banian d’Albert Wendt). Du coup, petit mois pour le challenge, et août sera sûrement dans la même veine, mais j’espère bien reprendre avec encore plus d’entrain avec la nouvelle année scolaire. Pour la petite info (minute racontage de life), je serai à la rentrée en première année de Master Lettres, mention Littérature de jeunesse, à l’université Lille 3 ! Si vous êtes de Lille/à la fac Lille 3 ou mieux en Master Litté de jeunesse, n’hésitez pas à me mettre un petit message pour discuter un peu, ça me ferait très plaisir sachant que je ne connais pas du tout la ville et aurai tout à découvrir. Mais revenons à nos moutons (à nos papillons). En cette fin de mois, j’ai profité de quelques heures creuses à mon travail pour avancer la liste de titres un livre | un pays, en me centrant notamment sur les pays africains. J’ai ainsi pu rajouter 30 titres issus de 18 pays, ce qui porte notre total de suggestions à 161 titres pour 114 pays – et c’est un sacré progrès !

Petit mois sur le blog, mais pas inintéressant pour autant ! Dans un premier temps, j’ai eu le plaisir de vous présenter une des premières publications de la jeune maison d’édition LouD, lancée récemment par Alex Tremm (auteur de Lilith) : c’est avec joie que j’ai pu profiter d’un partenariat avec LouD pour retrouver la plume de Sophia Laurent dans le premier tome de sa série Sun Bartas : journaliste mode d’emploi. Et dans un second temps, une fois n’est pas coutume, j’ai profité d’un article pour blablater un peu et donner mon avis sur un sujet qui me tient à coeur : la littérature de jeunesse et le « snobisme littéraire » qu’elle subit parfois. Ça a été une vraie bonne surprise de découvrir autant de commentaires enthousiastes (et un peu moins de voir que beaucoup de personnes ayant répondu à mon article ont malheureusement subi ce type d’élitisme anti-jeunesse) : merci à tous du fond du coeur pour vos réactions et votre intérêt !

Au final donc, deux critiques seulement sur le blog en juillet, mais bien plus que deux lectures : je vous laisse avec les liens vers les articles, et avec mes mini-critiques du reste de mes découvertes littéraires juste en-dessous.

Il fut un blanc navire -


Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine¤ Legend, tomes 1 à 3, de Marie Lu ¤

June est un prodige. A quinze ans, elle fait partie de l’élite de son pays. Brillante et patriote, son avenir est assuré dans les hauts rangs de l’armée. Day est le criminel le plus recherché du territoire. Né dans les taudis qui enserrent la ville, il sévit depuis des années sans que les autorités parviennent à l’arrêter. Issus de deux mondes que tout oppose, ils n’ont aucune raison de se rencontrer… jusqu’au jour où le frère de June est assassiné. Persuadée que Day est responsable de ce crime, June se lance dans une traque sans merci. Mais est-elle prête à découvrir la vérité ? Bon, prenons deux minutes pour parler de Legend. J’ai adoré, et je pèse mes mots. Non, sérieusement, j’ai eu un vrai coup de coeur pour cette trilogie dystopique, que j’ai découverte dans le cadre de mon club de lecture Twitter – merci les filles ! Si la trame en elle-même n’est pas si originale que ça (surtout quand on prend en compte la déferlante de dystopies qui paraissent en ce moment), je n’ai pas pu m’empêcher d’être complètement happée par la plume de Marie Lu et par l’histoire pleine de rebondissements. J’ai acheté coup sur coup les trois tomes et je les ai littéralement dévorés, et je peux vous dire que je suis bien malheureuse que ce soit fini. June et Day sont incroyablement attachants et justes (loin d’être niais et même pas prévisibles d’ailleurs !), leurs réactions et leur relation sont crédibles, bref, je suis tombée sous le charme de ces personnages. Tout dans cette trilogie m’a plu, jusqu’à son dénouement qui m’a bouleversée : je vous la conseille vivement !

Afficher l'image d'origine¤ Les Colombes du Roi-Soleil, tome 1, d’Anne-Marie Desplat-Duc – adapté par Roger Seiter et Mayalen Goust ¤

Quatre jeunes filles rêvent d’aventure et de succès. Élevées aux portes de Versailles à Saint-Cyr, Charlotte, Hortense, Isabeau et Louise volent vers leur destin. Le célèbre monsieur Racine écrit une pièce de théâtre pour les élèves de madame Maintenon, les Colombes du Roi-Soleil. L’occasion idéale pour s’illustrer et qui sait ? être remarquée par le Roi. L’excitation est à son comble parmi les jeunes filles. Y aura-t-il un rôle pour chacune d’entre elles ? J’ai eu l’occasion quand j’étais plus jeune (et notamment dans ma longue période historico-Louis XIV) de parcourir la série de romans des Colombes du Roi-Soleil d’Anne-Marie Desplat-Duc. Je ne les ai encore pas tous lus, mais j’avais apprécié la variété des histoires et des caractères des personnages, ainsi que l’ambiance particulière propre à cette époque. En voyant l’adaptation en bande-dessinée dans les bacs de ma médiathèque, je n’ai pas pu résister aux superbes dessins de Mayalen Goust et je me suis replongée dans les intrigues de Saint-Cyr. Verdict ? Une petite déception, je dois dire : si la BD en elle-même est très belle, j’ai eu du mal à m’immerger dans l’histoire, et à retrouver le plaisir que j’avais eu à découvrir le roman de ce premier tome. Dommage !
o
Afficher l'image d'origine¤ Mokke, tomes 3 à 7, de Takatoshi Kumakura ¤
J’avais commencé cette série en juin avec les deux premiers tomes, et c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai retrouvé Mizuki et Shizuru dans les 5 tomes suivants. Toujours aux prises avec les yôkai (ces esprits japonais tantôt maléfiques tantôt protecteurs), les deux soeurs grandissent petit à petit au fil des histoires, ce qui permet à l’auteur de nous donner un aperçu plus large de leur vie et de leurs émotions. Toujours aussi originale et rafraîchissante, Mokke est définitivement une vraie belle découverte pour moi, et je vais m’empresser de lire les deux derniers tomes parus.
 
 o

¤ Morphine, de Juliette Fournier ¤

Morphine est une curieuse petite fille. Son job ? Elle « chasse » pour un éminent Professeur d’étonnantes créatures appelées « Chimères ». Or la capture d’une chimère supérieure à toutes les autres s’accompagne, pour Morphine, d’étranges visions. Soudain, des papillons de nuit, avec un oeil sur l’abdomen, gravitent autour d’elle…C’est en surmontant ces visions qui la hantent qu’elle apprendra qui elle est vraiment. Grande première pour moi que ce roman graphique – genre que je n’ai jamais ou presque eu l’occasion de découvrir… et je ne suis pas déçue. Tout dans Morphine est une question d’atmosphère : un peu étrange, un peu onirique, un peu déroutante, l’ambiance de ce livre au trait soigné et au style presque manga plutôt lumineux (en décalage d’ailleurs avec l’histoire sombre et légèrement glauque) est très particulière. Tout de suite, on est happé dans l’univers de l’auteure, qui réussit le pari de nous immerger en quelques pages dans le monde qu’elle a créé, où les hommes peuvent fabriquer la vie par le biais de Chimères strictement réglementées. Prenant et déroutant, mais je reste un tout petit peu sur ma faim : il m’en aurait peut-être fallu plus, pour développer encore mieux cette intrigue intéressante.
 i
Afficher l'image d'origine¤ Matilda, de Roald Dahl (V.O.) ¤

Avant même d’avoir cinq ans, Matilda sait lire et écrire, connaît tout Dickens, tout Hemingway, a dévoré Kipling et Steinbeck. Pourtant son existence est loin d’être facile entre une mère indifférente, passionnée de loto, abrutie par la télévision et un père d’une franche malhonnêteté. Sans oublier Mademoiselle Legourdin, la directrice de l’école, personnage redoutable qui voue à tous les enfants une haine implacable. J’avais lu il y a bien longtemps ce petit roman, classique de la littérature jeunesse et chouchou de beaucoup de lecteurs. En le voyant dans ma bibliothèque municipale – en VO ! – j’ai eu envie de redécouvrir cette histoire dont j’avais tout oublié sauf le personnage principal. Il s’agissait également de ma première lecture de Roald Dahl en anglais, et j’ai eu le plaisir de lui trouver une plume toute simple, agréable, fluide, drôle… Quant à l’intrigue de Matilda, elle est efficace mais malheureusement, je n’ai pas autant aimé que je l’aurais cru. Une bonne petite lecture divertissante, par un auteur emblématique.

¤ Aventuriers malgré d’eux – tomes 2 et 3, de C. Alexander London ¤

Nous avions laissé Oliver et Celia Nombril à l’aube d’un été interminable, qu’ils devaient passer sous les ordres de leur ennemi juré, Sir Edmund. C’est dans les ruines du Machu Picchu, au Pérou, que nos deux mordus de télé sont cette fois entraînés à leur corps défendant, sur les traces du mythique Eldorado. Les jumeaux y mettent cependant un peu moins de mauvaise volonté lorsque Corey Brandt, leur héros télévisuel préféré, décide de se joindre à l’aventure. Puis le sort les conduira sur des mers lointaines et exotiques, à la recherche du peuple marin des Orang Laut et d’une île mystérieuse, gardée par le mythique Kraken. Et l’enjeu de cette quête n’est rien de moins que la résurrection de l’Atlantide, s’il vous plaît ! Mais avant cela, les jumeaux devront faire face à une bande de pirates déjantés, un volcan sur le point d’exploser, se battre dans un duel effréné, dompter concombres de mer et céphalopodes déchaînés ! Toujours aussi farfelus que le premier, ces deux tomes des Aventuriers malgré eux nous emmènent une nouvelle fois en voyage à l’autre bout du monde, en compagnie des deux enfants de la plus mauvaise volonté possible. Si l’intrigue m’a un peu moins surprise (elle est tout aussi originale, mais cela a moins d’impact les deuxième et troisième fois), elle permet de faire progresser la série en apportant de nouveaux éléments sur les motivations des personnages et les différents enjeux de toutes les expéditions des jumeaux. À conclure au mois d’août !

Les filles au chocolat, Tome 4 : Coeur coco par CassidyLes filles au chocolat, Tome 5 : Coeur Vanille par Cassidy¤ Les Filles au chocolat – tomes 1, 2, 4 et 5, de Cathy CASSIDY ¤

Pendant le mois de juillet, j’ai replongé avec bonheur dans la série des Filles au chocolat : j’avais relu Coeur Mandarine, le troisième opus, le mois dernier, et j’avais très envie de lire les deux derniers tomes qui étaient encore inédits pour moi. Coeur Coco et Coeur Vanille ont été deux coups de coeur : j’ai adoré les deux dernières soeurs Tanberry, Coco et Honey. Coco, avec son caractère entier, son idéalisme et sa générosité m’a conquise, et Honey que je ne pensais pas apprécier autant, est enfin abordée de son côté de la barrière et révèle de belles qualités. Toute à ma joie d’avoir découvert leurs histoires, j’ai enchaîné avec les deux premiers tomes de la série (oui oui c’est logique), Coeur Cerise et Coeur Guimauve. Je n’avais pas trop aimé Cherry à ma première lecture : impression confirmée par ce deuxième essai, car ni son personnage un peu creux ni son histoire ne m’ont convaincue. Quant à Skye, je me sens vraiment proche de son caractère mais moins de l’histoire de « son tome », une bonne lecture pourtant avec Coeur Guimauve ! Bref, une série coup de coeur dont j’ai adoré 4 tomes sur 5, et dont j’ai hâte de lire les tomes complémentaires (Coeur Salé, Coeur Sucré…).

¤ Broken Soup, de Jenny Valentine Broken Soup par Valentine¤

Rowan, 14 ans, élève seule sa soeur depuis la séparation de ses parents et le décès de son frère. Un jour, un inconnu lui tend le négatif d’une photographie qu’elle aurait tout juste laissé tomber. Bien que ce négatif ne soit pas à elle, il va éclaircir sa vie d’un jour nouveau. Encore un petit Jenny Valentine, après La double vie de Cassiel Roadnight et La Fourmilière : bonne nouvelle, Broken Soup m’a encore plus plu que ces deux lectures ! J’ai trouvé le personnage de Rowan et celui de sa petite soeur Stroma extraordinairement attachants. Le dévouement et la résistance de Rowan, la douceur et la force tranquille de Stroma… les deux soeurs vivent avec leur mère, mais clairement elles s’occupent l’une de l’autre sans aucune aide, et sont inspirantes par leur indépendance et leur responsabilité (certes forcée). J’ai été un peu déçue par la fin, un peu en queue de poisson, mais j’ai globalement apprécié cette histoire un peu mystérieuse, à mi-chemin entre le drame et l’enquête.

¤ La Pâtisserie Bliss – tome 1, de Kathryn Littlewood ¤

La pâtisserie de la famille Bliss cache un secret très ancien : un livre de recettes magiques. Le jour où Rose et ses frères et soeurs se retrouvent seuls à tenir la boutique, ils se lancent dans quelques recettes un peu… spéciales. Mais les Muffins d’amour et les Cookies de la vérité vont transformer la petite ville de Calamity Falls en véritable maison de fous… Autant le dire tout de suite, j’ai été déçue par ce premier tome de La Pâtisserie Bliss : à force d’en entendre parler positivement, j’en espérais beaucoup… et malheureusement, j’ai trouvé là une intrigue décousue et un peu creuse, et des personnages survolés auxquels je n’ai pas su m’attacher… Je n’ai pas trouvé l’idée de base, pourtant originale et alléchante, suffisamment exploitée pour donner toute sa saveur au livre… et la fin m’a clairement laissée perplexe. J’ai apprécié cette lecture pour son aspect léger et amusant, mais n’ai pas été convaincue pour autant. Je ne sais pas si je poursuivrai (si vous avez lu/aimé La Pâtisserie Bliss, n’hésitez pas à me donner vos arguments en faveur de cette série ! je parais peut-être un peu dure, mais je suis ouverte à la discussion comme toujours).

¤ Méto – tome 2, d’Yves Grevet ¤Méto : L'île par [Grevet, Yves]

ENFIN j’ai pu mettre la main sur le deuxième tome de Méto (constamment emprunté à ma bibliothèque municipale) ! Après avoir lu le premier tome (et son fourbe cliffhanger) en avril, j’étais impatiente de pouvoir retrouver Méto et ses camarades dans leurs aventures. Si j’ai eu un peu de mal à me remettre dans l’univers d’Yves Grevet (en raison sûrement du long délai entre les deux emprunts), notamment au niveau des prénoms des différents compagnons de Méto (tous ces noms en -us, j’ai du mal, j’avoue), j’ai vite pu apprécier de nouveau la plume rythmée et maîtrisée de l’auteur. L’intrigue sans temps mort introduit des personnages fascinants, et apporte moult révélations sur les origines de la Maison, sur l’histoire de Méto lui-même… J’ai lu d’une traite ce roman plein de rebondissements qui nous laisse, encore une fois, dans l’attente irrépressible de la suite. Suite qui est d’ailleurs dans ma pile à lire !

Voilà, c’est tout pour juillet (et c’est déjà pas mal !). Je suis assez contente de ce bilan, qui comporte un certain nombre de suites et m’a permis d’avancer plusieurs séries que je finirai le mois prochain. J’espère que votre mois d’août se passera bien, et comptera de belles découvertes littéraires. Profitez de l’été, et see you in August ! ☼

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.