[aparté] soutenons #jeudiautoédition !

Salut le monde !

Un petit article à part aujourd’hui, pour vous parler d’un sujet qui me tient tout spécialement à coeur. Vous l’aurez remarqué : ces derniers temps, les critiques d’un livre | un pays ont côtoyé d’autres critiques, traitant de livres plutôt différents. Leur point commun ? Ils sont issus de partenariats avec des auteurs auto-édités ou édités à compte d’auteur.

Nombreux sont ceux qui considèrent cette littérature avec perplexité, voire avec dédain. Et pourtant, quelle erreur ce serait que de passer à côté de ces ouvrages ! Ne généralisons pas : comme partout, il y a du bon (du très bon !) et du moins bon. Pourtant, loin d’être une « sous-littérature » ne recelant que de mauvais écrits bourrés de fautes et rejetés par les grands éditeurs, l’auto-édition (sans oublier l’édition à compte d’auteur) offre surtout une place sur le marché à des textes de qualité, portés par leurs auteurs et par leur public. Les livres auto-édités qui fonctionnent sont d’autant plus méritants qu’ils ont su reconnaître la valeur de leur lectorat, et savent qu’ils doivent mettre la barre encore plus haut que des ouvrages présents dans le circuit classique. Encore une fois loin d’être des « sous-auteurs », les écrivains auto-édités sont pour moi des personnes dignes du plus grand respect : ils assurent la création, le graphisme, la promotion et la diffusion de leurs oeuvres, et sont en plus ouverts et accessibles (des bisous à vous chers auteurs). J’ai découvert d’énormes coups de coeur parmi ces textes, et fait de superbes rencontres en m’aventurant dans le domaine de l’auto-édition. Je souhaite à tout le monde d’avoir connaissance de ces ouvrages, au même titre que des livres proposés par les maisons d’édition… et c’est pourquoi je soutiens #JeudiAutoEdition !

Ce mouvement a été créé par Delphine du blog Au bazaar des livres, en lien avec Aurélie de Des livres et moi. Le principe en est simple et semblable à celui de #VendrediLecture ; il s’agit en fait d’un rendez vous pour partager votre lecture du moment ou un de vos coups de coeur, à la seule condition que le livre concerné soit issu du champ émergent de l’auto-édition.
Exemple ? « Et mon #JeudiAutoEdition cette semaine, c’est La Rumeur de Solenne HERNANDEZ. »
Et j’espère pouvoir en partager encore bien d’autres avec vous chaque jeudi !

Pour participer, n’hésitez pas vous aussi à twitter #JeudiAutoEdition, et à suivre @JeudiAutoEditio pour vous tenir au courant (autant des recommandations de tout le monde que des chroniques ou des concours…). Laissez-vous tenter, belles découvertes garanties !

– mes chroniques auto-édition / édition à compte d’auteur –

Ruines – tome 1, de Sophia Laurent.
Forever Young, de Charlotte Orcival.
Liés – tome 1, de Vicka Desbrosses.
Spores!, d’Olivier Saraja.
La Rumeur – tome 1, de Solenne Hernandez.
Lilith – tome 1, d’Alex Tremm.
Charlie, 17 ans, de Nina Frey.
Sanctum Corpus, d’Olivier Saraja.
Habeas Corpus, de Victor Boissel.
Du bruit dans les tuyaux, d’Aude E. Lynésis.
Toujours à tes côtés, de Jean Gill.
96 – tome 1, de Benjamine et Caroline Karo.
Vingt ans et quelques…, de Charlotte Orcival.
Et tes larmes retenir, de Charlotte Orcival.
La douleur du silence, de Marie-Béatrice Ledent.
Je vous parle d’un temps, collectif La Pieuvre.
Ce qui nous oppose, de Nina Frey.

2 Comments

  1. Je connaissais le rdv #VendrediLecture, mais pas #JeudiAutoEdition, mais c’est vrai que la mise en avant d’auteurs qui éditent eux-même leurs livres, j’ai justement une amie qui se lance dans un projet de box littéraire qui mettrait en avant des jeunes auteurs dont ceux en auto-édition. Je ne sais pas si elle connait cette initiative mais je lui en parlerais. En tout cas je compte moi-même m’y intéresser de plus près !

    • Oh comment s’appelle cette box ? Je crois que j’ai entendu parler d’un projet dans le genre mais j’ai un doute sur le nom. Je serais ravie de pouvoir suivre son initiative !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *